Cinéthérapie : le cinéma, un art du “vivant”

Cinéthérapie : le cinéma, un art du “vivant”

13/08/2020 0 Par Cinémathérapie

Cinéma et émotions fortes

Bonjour et bienvenue pour cette 8éme interview sur Ciné, ma thérapie !
Ravie de t’accueillir et merci de participer à ce défi de lancement de ce blog Ciné, ma thérapie ! Peux-tu te présenter brièvement ?

Je suis Eva, 32 ans.
J’ai été chef de projet et formatrice dans le monde du logiciel pendant un temps
Et, suite à un voyage, je repars à zéro dans tous les domaines de ma vie..
Ce qui me pousse à répondre à la question : « que faire quand tout est possible ? »…
Pas si simple ! 😉

J’imagine en effet : pas si simple !
Mais, parlons un peu cinéthérapie… Tu as du revenir de ton voyage avec des images plein les yeux ?!

As-tu déjà entendu parler de “cinéthérapie” ?

Par rapport à mon voyage, en effet j’ai vu beaucoup de belles (et moins belles) choses.

Et, c’est drôle car j’étais justement en Argentine, qui est un pays où le cinéma est très développé, il y a vraiment un cinéma national de qualité.



J’ai d’ailleurs adoré l’expérience d’aller voir un film d’auteur argentin (30 centimes la place, ça vaut le coup ! ), même si je n’ai pas compris le quart des dialogues 😀
Ca m’a permis de me rendre compte qu‘on peut comprendre un film sans comprendre ce qu’il se dit !

Et sinon non, je ne crois pas avoir déjà entendu parler de cinéma thérapie, pas en ces termes en tout cas !

Ok, qu’est-ce que ça t’évoque du coup, là comme ça ?


La première chose que ça m’évoque ce sont les émotions fortes que peuvent engendrer certains films/séries chez moi.

Soit parce que ça active une force vitale en moi, soit parce que ça vient toucher à quelque chose de sensible, parfois en souffrance

Ce qui peut me permettre de (re)traverser l’émotion de manière différente, peut-être plus distanciée (et thérapeutique ?).

Cinéma et blessures d’enfant


Tu évoques l’impact émotionnel des films et la distance que peut permettre le cinéma, distance qui peut être thérapeutique.
En développant cette notion, que penses-tu de l’idée d’utiliser le film dans un cadre de thérapie, ou un accompagnement de développement personnel ?


Je trouve ça chouette !
Ca me rappelle aussi un thérapeute que j’avais été voir, et qui m’avait conseillé le film “Sale môme( “The Kid” en VO ), pour ses vertus thérapeutiques justement.
Bon, ce n’est pas un “grand film”, et on peut juste le voir comme tel et passer à autre chose… Ou alors, on peut l’utiliser pour se questionner sur soi et ses propres blocages dus à ses blessures d’enfant.

Cet ancien thérapeute connaissait donc la cinéthérapie !
“Sale môme” : ça me rappelle quelque chose mais je ne pense pas l’avoir vu… The Kid me fait penser à Chaplin…

Mais, en parlant d’enfance tiens, peux-tu nous dire quel est le premier film que tu te souviens avoir vu ?

Le premier film que je me souviens avoir vu, c’est “Bambi” au cinéma quand j’avais 5 ans, parce que j’ai été traumatisée par le chasseur qui tue la mère de Bambi ! 😅

A vos mouchoirs ! Âmes sensibles s’abstenir …


Films durs, en soi, ou pour soi…


Ah oui, scène choc en effet !
D’autres films t’ont marquée, plus tard, à l’âge adulte ?

Oui, d’ailleurs ceux qui m’ont le plus marquée sont très souvent ceux que j’ai trouvé les plus durs
Soit parce qu’ils le sont :
– “Le tombeau des lucioles“,
– “Festen“,
– “Magdalene Sisters“,
– “Monster“,
– “Tyrannosaur“…
Soit parce qu’ils me ramènent à quelque chose de mon histoire.

Le tombeau des lucioles



(cliquez ici pour accéder à une vidéo de méditation pour vous réconcilier avec les lucioles !)


Wow, sacrés films… Très durs, mais très profonds
Tu évoques le fait que certains films peuvent faire écho à des pans de ton histoire…

Que pourrais-tu partager de ton rapport au cinéma ? Qu’y cherches-tu et qu’y trouves-tu ?


J’aime beaucoup le cinéma, me laisser emporter par une histoire, une ambiance

Quand je sors d’une salle de cinéma, mon énergie est forcément altérée par ce que je viens de voir.
Je sens qu’il se passe des choses intérieurement, même si souvent ce n’est pas très conscient.

En tout cas, je pense que le style de films que j’ai pu regarder tout au long de ma vie, reflétait bien mon état d’esprit du moment.

Plus jeune par exemple, j’ai beaucoup regardé de films tristes et qui ne finissent pas forcément bien, des films qui faisaient écho à quelque chose de très mélancolique en moi.



Par contre, je n’ai jamais pu regarder de “thriller car ça me met dans un état d’angoisse qui peut durer des jours, et je trouve ça inutilement brutal ! (cliquez ici pour découvrir un top 100 des meilleurs thrillers)

Avec le temps, je me rends compte que j’ai de moins en moins supporté les films angoissants, ou trop dramatiques

Et encore aujourd’hui, je privilégie fortement les films joyeux, inspirants et/ou drôles : j’aime l’énergie dans laquelle ça me met.



Tiens ! Du coup, ça me fait m’interroger : peut-être (sûrement) que notre rapport au cinéma et aux différents styles cinématographiques, dit quelque chose de nous aussi ?!

Films qui nous parlent VS films qui parlent de nous


Je suis plutôt de cet avis, oui : nos films préférés parlent de nous je crois…
A ce sujet, pourrais-tu nous en citer quelques uns ?!
Et puis, nous expliquer justement en quoi ils ont pu être inspirants, voire moteurs de changements pour toi ?


Il y a beaucoup de mes films préférés qui m’inspirent par leur aspect esthétique et leur univers, qui réveillent un côté créatif chez moi :
– “American Beauty“,
– “Les amours imaginaires“,
– “Moonrise Kingdom“,
– “Mon voisin Totoro” …

Mon voisin Totoro, petit bijou de Miyazaki
American Beauty : une poésie tout en simplicité…
Moonrise Kingdom : une très jolie fable pour petits et grands

Les amours imaginaires : scène culte, nul besoin de sous titre !

Ce sont des films qui me touchent par leur beauté, l’histoire n’étant qu’une petite partie de ce qui fait leur intérêt à mes yeux.

Dans un autre registre, certains films ont pu me donner du courage, de l’espoir, de la détermination :
– “Gladiator“,
– “Walk the Line“,
– “Wild“,
– “Erin Brokovich“,
– “Mange prie aime

Quand je vois un de ces films je me sens pleine d’une énergie renouvelée, qui fait du bien !

Julia Roberts en voyage :
Mange, prie et aime
Scène culte avant lultime
combat, Gladiator
Autre classique avec Julia Roberts, Erin Brokovitch seule
contre tous



Walk the Line” sort un peu du lot, car il n’a pas vraiment la même énergie, mais je trouve que c’est une très belle histoire d’amour !


La dernière scène en particulier du film m’a touchée.

Demande en mariage de Johnny Cash en plein concert : June Carter va-t-elle dire “Yes” ?!


Le message que je retiens c’est qu’on peut être aimé-e avec nos (nombreux !) travers, que l’amour peut être plus fort que tout.


Et en plus c’est une histoire vraie ! 🙂

Johnny Cash, le vrai, en concert lors du Town Hall Party, en 1958

Ciné bio !


Mais mon film préféré reste “La belle verte (de Coline Serreau), qui je trouve n’a pas pris une ride.

Monologue satirique dans le métro parisien, interprété par François Morel ( dont le père travaillait à la SNCF ! )


Il est à la fois drôle, profond et incisif, c’est vraiment une “claque”, dans le sens positif du terme !

Film incisif en effet, découvrez cette autre scène coupée au montage !


Je ne me lasse pas de le revoir et je rêverais que cette planète existe vraiment ! 😉


C’est clair que cette “Belle verte”, fait rêver ! C’est d’ailleurs un des films que j’ai choisi dans mon “portrait c(h)iné” !

Mais, revenons sur “l’orange bleue” – comme dirait Paul ELUARD – qui nous sert de planète : quel est le, ou les, derniers films que tu as vu récemment ?

Es-tu retournée au cinéma depuis ton retour de voyage ?


Je regarde davantage des séries en ce moment, et ça fait bien longtemps que je ne suis pas allée au cinéma
C’est dommage car ce n’est quand même pas la même expérience de voir un film en salle.

Cinéma et rôle(s) de femme…


Ces temps-ci, les films qui m’ont fait cheminer sont plutôt des films légers.
Mais, qui abordent un sujet qui me passionne : comment les femmes peuvent se réapproprier leur corps et reprendre le pouvoir dans leur vie ?! ( vaste programme ! )

Par exemple :
– “I feel pretty
– “Une femme de tête
– “Je ne suis pas un homme facile

Les 2 premiers sont deux histoires de femmes qui se réapproprient leur vie en changeant de perspective…
Et en apprenant à s’accepter, et s’aimer comme elles sont (mais abordé de manière très différente dans chacun de ces deux long-métrages).

Le 3ème est plus une satire de la société actuelle….
Il pose la question : et si les rôles étaient inversés ?

J’ai trouvé l’idée très intéressante et j’ai remarqué autour de moi que ce film dérangeait pas mal
Peut-être parce qu’il vient interroger à quel point nous sommes nous mêmes enfermé-e-s dans un schéma que l’on n’a pas choisi.
Ce qui n’est jamais très agréable à admettre !


C’est sûr que la question du rapport homme/femme est toujours d’actualité ! Et nombre de films l’évoquent… Ce serait un sujet intéressant à traiter.

A propos, de sujets qui te tiennent à coeur : sur quel thème aimerais-tu lire des articles sur ce blog ?

Ah et bien si tu as envie d’explorer cette question de : “comment le cinéma peut aider à changer de regard sur les rapports hommes/femmes et à se libérer des injonctions sociétales“, ça m’intéressera grandement ! 😀

De manière plus générale, j’ai hâte de lire des articles sur le lien entre neurosciences et cinéma par exemple, et plus basiquement trouver des idées de films à voir ! Je m’en vais d’ailleurs lire les autres interviews pour m’inspirer un peu ! 😉

Merci Julie de nous apporter de la matière sur ce thème encore peu connu et développé ! 🙂

Avec plaisir ! Merci encore à toi de ta participation !
Et belles découvertes à toi alors ! Les autres interviews sont en effet inspirantes également !


Et… je rappelle notre devise
Soyons spect’Acteur-rice-s de nos vies” !


Si vous avez aimé cet article, sentez-vous libre de le partager ! :)
  • 7
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    7
    Partages
  •  
    7
    Partages
  • 7
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •