Cinémathérapie et Science Fiction(s)

Cinémathérapie et Science Fiction(s)

20/07/2020 0 Par Cinémathérapie

Interview 4, Laure :

Du Bossu à Luke Skywalker, un cinéma qui élève

Version audio de l’interview de Laure: bonne écoute !




Bonjour je m’appelle Laure, je suis à la retraite depuis environ 1 an…

Auparavant j’ai exercé en tant que psychomotricienne, et psychologue clinicienne… Donc je suis fière, émue, ravie, de pouvoir participer à cette interview, et de contribuer au développement du blog de Julie !

Je trouve c’est un concept très intéressant qui m’était, totalement étranger avant que Julie ne me parle de son projet…

Concernant ce que m’évoque le concept de cinéma thérapie, effectivement j’imagine bien que le cinéma peut avoir des effets thérapeutiques; dans un champ de très large qu’on pourrait qualifier de développement personnel

Et dans mon histoire il est certain, que certains films ont vraiment jouer ce rôle de d’étayage… De porte sur l’imaginaire, de réconfort, de source de réflexions

En tous les cas, c’est un champ que j’ai beaucoup investi de la toute petite enfance, jusqu’au début de l’âge adulte ! Et qui m’a vraiment beaucoup apporté.

Donc cinéma et thérapie effectivement, c’est un concept qui, à titre personnel, me parle bien.

Cinéma et enfance : tout un conte !


Alors en ce qui concerne mes films, le premier ça a été par le petit écran de la télévision, qui est rentré dans la vie familiale…

Avec cette espèce de fascination; je me souviens très très bien le moment où le petit écran est arrivé !
De cette espèce d’ouverture extraordinaire sur l’extérieur, une source de découvertes, de surprises !

Vraiment en tant que fille unique habitant dans un petit village de campagne, c’était vraiment une source d’enrichissement !

Après il y a eu le grand écran ! Je pense que mon premier film, j’ai dû le voir dans le cadre d’une sortie scolaire en primaire. Ca devait être un film intitulé « Le Bossu de Notre-Dame« , ou quelque chose d’approchant ! Et bien évidemment ça racontait et ça mettait en scène Esmeralda, Le Bossu

Encore une fois, c’est une image marquante ! Parce que, sortie de classe, arrivée dans un espace inconnu, la salle obscure, le grand écran… Et puis ces images extraordinaires de la cathédrale Notre-Dame, du bossu, d’Esmeralda… !

Elles sont rentrées en résonance avec mon imaginaire. Et avec tout ce qui me nourrissait jusqu’à lors intérieurement, juste à travers les contes.

J’étais vraiment une grande lectrice. Et j’aimais beaucoup qu’on me raconte les histoires des contes de Grimm, des contes d’Andersen… Ils ont vraiment nourri toute ma petite enfance et mon enfance.

Et je pense que ce premier film, « Le Bossu de Notre-Dame« , a résonné aussi en articulation avec tout ce premier champ…
Il est venu ainsi nourrir un peu plus mon imaginaire.

Cinéma : entre rêves et réalités


Et par la suite, il y a eu effectivement les sorties familiales au cinéma … Avec les grands classiques de l’époque : « Love story« , en passant par Sautet (*cf liens filmographie et émission en bas de page), notamment « Les choses de la vie« .

Ce film m’avait beaucoup marquée ; j’étais en fin d’enfance, début d’adolescence…

affiche film love story
Il était une fois dans l’Ouest

Les grands westerns aussi «Il était une fois dans l’Ouest», avec ces plans fixes, cette musique lancinante qui m’emportait ! Puis, ce côté extrêmement confortable de western !

Le beau et bon d’un côté, les méchants de l’autre ! Les bons qui systématiquement étaient vainqueurs, après tout un tas de péripéties, toutes plus difficiles les unes que les autres !
C’était quelque chose de très confortable !

Mais, pour insister sur cette partie d’enfance, le cinéma a nourri cet espace « d’entre deux » dont j’étais complètement friande ! Qui allait des histoires que je me racontais, aux histoires qu’on me racontait,
et aux films que je voyais

C’était vraiment l’espace de la rêverie… Et heureusement que j’avais cet espace-là.

Parce qu’il me permettait de mettre un peu les choses au clair dans ma tête… De me rassurer, de me sentir nourrie, accompagnée…

Très simplement, ça m’a aidée considérablement à grandir !

A ordonner toutes ces choses que je vivais, que je ressentais… Parfois un peu bouillonnantes, un petit peu explosées…
Donc ça apaisait vraiment aussi…

Le cinéma a été un outil important, parmi d’autres, qui ont eu cette fonction d’apaisement, et de maturation


Cinéma : un « espace » pour penser/panser nos zones d’ombre


Après, au début de l’âge adulte, si on doit parler des films qui m’ont marquée, j’aimerais vraiment évoquer deux grands champs.

portrait de Hitchcock
Cliquez sur la photo pour accéder à la page Wikipédia

– D’abord, ça a été tous les films de Hitchcock j’ai vraiment été fan, enchaînant deux ou trois films ! C’était pendant toute ma période d’études… Parfois stressantes, très exigeantes, qui envahissaient un petit peu le champ de ma vie…

Hitchcock était cette soupape, une grande respiration. Et j’étais – fascinée ça serait un bien grand mot – mais, en tous les cas, j’aimais beaucoup l’atmosphère !


Les histoires bien évidemment, les personnages, la mise en scène, enfin, tout me plaisait chez Hitchcock ! Je pense que j’ai vu tous ses films !

allée des stars Hitchcock



– Après, si je dois m’arrêter sur un film en particulier, je citerais l’épisode V de « La guerre des étoiles » (« l’Empire Contre attaque« )..


Où j’étais début de l’âge adulte toujours, et j’ai beaucoup aimé cette saga : le côté science-fiction m’a toujours beaucoup plu…

Et en parlant de science-fiction, l’un de mes films que j’allais oublier, c’est « 2001 l’Odyssée de l’espace » !
Vraiment un film qui a marqué ma « culture cinématographique »

Mais pour en revenir à « Star Wars« , je pense qu’à l’époque je n’avais pas forcément fait le lien : pour moi, ça a été un merveilleux conte !

Au-delà de l’histoire, la mise en scène des combats, il y a cette quête de Luke Skywalker, accompagné par les Maîtres Jedi…
Et notamment cet épisode, où à la fin de son initiation, il s’isole, quitte ses amis, sa famille… Pour retrouver le maître Jedi.

Lors d’une dernière initiation, avant de repartir aider ses amis, Luke plonge dans les entrailles de la Terre, pour combattre…. Combattre ce qui ce qui se révèle être un double de lui-même, ou une partie de lui- même.

yoda et Luke grotte de  Dagoba

Luke avance dans l’obscurité profonde de la grotte. Prenant une profonde inspiration, il s’avance dans un silence total.
Soudain, Dark Vador surgit et l’attaque violemment.

Luke pare les coups et abat son sabre laser… Il tranche nette la tête casquée de son père !
Mais, une fois à terre, le casque révèle… le visage de Luke !
Skywalker horrifié, n’en croit pas ses yeux, fixé par son propre regard moribond.



Cliquez ici pour la version script de cette fameuse scène sur Dagoba entre Luke et Yoda

Cliquez ici pour la version vidéo


Il est vainqueur de ce combat où il affronte son « ombre » ! Et vraiment, ça a été la scène marquante de ce film !

Qui a résonné très fortement et a fait écho à ce moment-là en moi
A un cheminement personnel, une quête intérieure, justement pour essayer de traverser ces zones d’ombre, ces orages émotionnels

Traverser certains bouleversements, avec le désir très fort d’y voir plus clair
Pour continuer mon chemin de la façon la plus riche possible !

Et « Star Wars » est vraiment arrivé au bon moment !

Cinéma et apaisements


Pour faire un peu un saut dans le temps, des films beaucoup plus récents que j’aimerais évoquer seraient dans un tout autre registre…

Des films documentaires… Notamment un film autour de la forêt primitive, alors est-ce que c’était Yann Arthus-Bertrand
(**cf filmographie en bas de page ) ou quelqu’un d’autre, je ne sais pas !
Je charge Julie d’enquêter pour vraiment retrouver le titre de ce film !
(=> il s’agit de « Il était une forêt« , de Luc JAQUET, également cité par Léon en interview 2)

Mais en tous les cas – je sais qu‘il y en a eu plusieurs ces dernières années j’y ai été vraiment très sensible
D’une part du fait de la beauté, de la beauté des images, de la richesse des commentaires
Et de ce que ça m’a évoqué aussi d’humilité face à cette nature… Face à l’intelligence de cette nature, par ce qu’elle nous apprenait, et dont on pouvait vraiment tirer une leçon !

J’y ai vraiment été très sensible et aujourd’hui, ce sont des films qui m’attirent énormément

Voilà ce dont je peux témoigner de mon parcours de cinéphile…

Et pour terminer, concernant les attentes sur ce blog, je dirais 2 grandes attentes :

  • une occasion d’échanger, de se nourrir de l’expérience des autres, découvrir de nouveaux films d’une part ;
  • me nourrir de lectures, faisant des liens entre cinéma et neurosciences, cinéma et art-thérapie cinéma et développement personnel


Voilà ce que j’attends de ce blog, que je trouve vraiment très intéressant… Et je suis ravie de m’y inscrire. Voilà !

  • affiche film documentaire Home
  • affiche film documentaire Terra
  • affiche film documentaire Planète océan
  • affiche film documentaire Terre vue du ciel


** Cliquez ici pour découvrir la filmographie de : Yann Arthus-Bertrand

* Cliquez ici pour écouter une émission de France Inter sur Claude Sautet, ou ici pour sa filmographie

PASSER A L’ACTION :

Il était une fois dans l’Ouest : Prenez 5 mn pour méditer sur la notion de « justice » selon vous.
– Quelles conceptions en avez-vous ?
– Quelles pratiques et expériences ?

Et si vous le souhaitez, cliquez ici pour visionner le fameux « 12 hommes en colère » avec Henri Fonda.

Notre Dame de Paris : Méditez sur la notion de « beauté », intérieure, extérieure…
Trouvez 3 choses que vous appréciez en vous, physiquement ou dans votre caractère ! Honorez-vous !

Les choses de la vie : Aujourd’hui, ne vous endormez pas avant d’avoir pris, juste 1 minute de silence. De silence total en vous et autour de vous. Juste 1 mn avec vous-même, pleinement présent à votre corps, à l’instant présent…

2001 l’Odyssée de l’espace, Star Wars : Prenez quelques minutes dans les prochains jours pour contempler le ciel étoilé (cliquez sur le lien pour voir la carte du ciel en temps réel)…
Qui sait, une étoile filante vous attend peut-être ?!

Il était une forêt : Calez dans votre agenda une « soirée documentaire nature » et laissez-vous surprendre par Mère Nature ! Rappelez-vous de votre curiosité d’enfant !

Si vous avez aimé cet article, sentez-vous libre de le partager ! :)